Rechercher

L'EXPLOIT DE PASCAL CHOLET : La Diagonale des Fous


Témoignage de Pascal :


"On ne devient pas un gagnant en dépassant les autres, mais en se dépassant soi-même.

Retour sur cette fameuse Diagonale des Fous 2022 qui fêtait son 30ème anniversaire, ce qu'il fait que l'on a été particulièrement gâtés.

165kms et 10217md+ sur papier, qui en réalité dépassait aisément les 170kms sur les différentes montres de tous ces aventuriers de l'extrême.

21h20, je prend le départ de la 3ème vague d'environ 500 coureurs de Saint Pierre de la Réunion en compagnie de Jérome DELPARTE,venu aussi participer à l'évènement. Nous avons décidé d'aller au bout ensemble sachant que l'un aurait besoin de l'autre à un moment donné. Les premiers kms passent très vite tellement l'ambiance est au rendez-vous. Des centaines de personnes nous encouragent pendant plusieurs kms, c'est incroyable. C'est l'euphorie, mais la concentration est là, 8km/h, pas plus, faut pas se griller d'entrée. 14kms, 700md+, suivi de 14kms, 1200md+, puis 12kms, 700md+, nous sommes depuis un bon moment déjà dans le terrain super technique. Escaliers inégaux, blocs de pierres, racines, descente vertigineuse, ravines, tout est là pour casser la mécanique et fusiller le morale. La gestion de course est bonne même si déjà je ne mange pas grand chose, je sature ,toute ma stratégie alimentaire tombe déjà à l'eau.

72ème km, on descend dans cilaos, première base de vie. Ma femme est sa sœur m'attendent avec mon sac pour me ravitailler. Changement complet, rinçage des jambes, massage et changement de baskets, le staff est au top.

Je repars sans voir Jérome, que j'attendrais plus loin a la sortie du ravito. Début de la redoutable montée du taibit, avant de redescendre dans Marla. Déjà près de 90kms de course et nous sommes dans Mafate.

Les difficultés se succèdent, les paysages sont sublimes, mais le terrain est toujours le même et à chaque instant la chute ou la blessure est omniprésente. Nous marchons beaucoup, en appuyant fort sur les cuisses, il faut avancer coûte que coûte.

100kms, la plaque, une montée terrible nous déglingue complètement. 25h de course déjà et ma montre me lache. Je remet en charge et redémarre l'enregistrement dégoûté d'avoir perdu mes données. La 2ème nuit est deja entamée. On essaie de s'arrêter à un ravitaillement pour dormir 20mn ,mais en vain, trop de bruit, et il fait froid.

Il est à bourse, grand place les hauts, les bas, rivière des galets et tant d'autres difficultés arrivent les unes après les autres.

130kms, 40h de course environ, la 2ème base de vie arrive avant de remonter dos d'âne pour sortir enfin de mafate.

Changement complet, massage et 20mn de sommeil, les seules de tout ce périple sont les bienvenues. La montée est longue, la sortie de ce cirque sera terrible. J'ai hâte de retrouver mes proches à la possession pour un coup de boost moral, c'est indispensable. A ce moment de la course, je pense que je prend la meilleure décision qu'il soit. Jérome ne s'arrête pas longtemps, il veut en finir, mais le suivre serais risqué, je le sent, je le sais.

Nos chemin se séparent, et je finirais donc ce grand raid seul dans ma bulle, à affronter l'horreur du chemin des anglais, la montée du Colorado, et l'interminable descente vers le stade de la redoute appelé aussi le stade de la délivrance.

Au passage de la ligne, je réalise à peine ce que je viens d'accomplir. Cette course est folle, mais tellement enrichissante sur soi-même.

Un grand merci à tous pour votre soutien si important et déterminant lors de cette aventure."


Une citation choisie pas Pascal :

La différence entre le possible et l'impossible réside dans la détermination qui sommeille en toi. Tommy Lasorda.




176 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Saint Quentin : Stéphane Durieux - 48,41 Peggy Foucaut - 50,22 Augustin Habets - 54,26 Sylvain Houdelette - 54,26 Philippe Lefevre - 54,26 Pevele Trail : Peggy Foucaut - 1:48:40